Skip navigation

Monthly Archives: septembre 2011

Si mes sources sont sûres, je crois, si je ne me trompe, que c’est l’anniversaire de Dudus Coke Harmony aujourd’hui, et bien paradoxalement il nous fait un bien beau cadeau ! Oui la sortie de son dernier album « SENSE OF POLARITY » nous arrive comme une bouffée d’air, un vent d’humanité qui nous envahi.  On pense à K’naan bizarrement (le John Lennon du rap) dans sa vibration interplanétaire, Dudus Coke Harmony serait-il le John Lennon du PunK ?

Dans cette société où la « crise » est omniprésente, on nous bassine et on veut nous culpabiliser. Petit peuple consommé, tout ça pour relancer la croissance et soi disant le sens du bonheur humain. Pour ma part, je dis NON. Tout est question de comportement, d’attitude, de spirit, d’expression…
De là, un cri de désespoir plein d’ESPOIR*  nous arrive de Dudus COKE  (*le paradoxe du PUNK à mon sens).
Le jeune prodige a, en effet, durci le ton ( il avait déjà sévi sous le nom de SENSIDUB), mais là il nous insuffle cette énergie organique et mentale qu’on recherche dans notre quotidien, du moins, moi personnellement. Cette pulsion à ne plus réfléchir (un peu quand même hein !) et à vivre le moment présent, à dire MERDE à la routine et à l’envoyer balader à coups de latte comme une vieille cannette de binouse rouillée sur le bord de la route de la vie.
Dès le début, DUDUS  nous ouvre sa porte de son imaginaire, de son côté obscur de la force, on sent une tension « Hundred-Fifty Drops« , de ce qu’il aurait pu être : un homme à putes, un suicidaire, un toxico… un humain quoi avec ses souffrances, transi par le désir d’être et dans sa dualité intérieure. De ce voyage intra-psychique, il se libère et nous avec, nous rend hypomane, impulsif, instinctif, animal…! Il nous fait réfléchir aussi sur le désir « Bellytones« , désir unilatéral que nous impose cette société qui nous déroute de notre essentiel, qui nous renvoie sans arrêt qu’on est tous des loosers sauf une soi disant élite . Et bien lui les loosers (nous!), il en fait des héros modernes, des êtres sensibles, cortiqués, qui se révèlent grâce à leur propre souffrance, souffrances infligées par notre monde capitaliste bien sûr « Kill da babylon« (euh pardon nan 😉 ce titre n’est pas dans cet album…).
En proie avec ses démons « The Black Angel » alors que faire?

Tout détruire par rage, se détruire ? (on connait les dérives!) Non bien sûr, la vie est là !  Malgré la boîte de Pandore, « Flashed« , « In Da Box« , la vie prête à nous surprendre, imprévisible, prête à nous libérer de cette souffrance comme un riff saturé d’American Fender Telecaster brisant le silence ! On pense à The Cure d’ailleurs par moment, cette froideur qui nous réchauffe, nous donne de l’énergie. Alors on court, on prend la vie à bras le corps, vent frais contre la face, on a quand même envie de casser quelque chose (une banque par ex.) ou casser la gueule à quelqu’un (un trader?), on vomi sur la condition humaine « Above Others », « Violentstick » « Divine Enjoy », la gerbe n’éclabousse que les cons après tout, moi je suis déjà dans la merde à essayer d’être bien dans ce putain monde, je me défonce de temps en temps pour me court circuiter, pour avoir l’impression de recommencer à zéro, reboot man!

« In the light, in the dark with my bottle of wine I’m alone with my drink I cannot feel my limbs…« 

Comment faire le tri avec tous ces fantômes autour de soi ? Malgré tout on entrevoit toujours un moment la lumière, comme une vérité, la beauté existe aussi dans les ténèbres. On se perd en chemin  « Ashes Are Scattered » mais on s’en fout, le voyage est là, l’amour aussi peut être « She’s So Pretty« , puis de tout façon un ange gardien (noir?) plane toujours au dessus de vous, le fantôme de Cobain n’est pas loin « Milk it« , « You End is My Start« , il vous irradie de tout son âme, déploie ses ailes, vous protège, vous empêche de devenir comme lui un Martyr de cette société consumérisme…
STOOOOP !!!
Au fait j’oubliai (trop pris dans les méandres de mes pures projections de moi même 🙂  Je vous souhaite une bonne écoute et surtout bon voyage !

Tallas MAG.

PS : N’oubliez pas les faces B de la version DeluXe, elle valent le coup, elles sont le Pile de la Face.

Publicités

SORTIE OFFICIELLE: voilà nous y sommes. L’heure fatidique a sonné. La période de gestation aura duré 9 mois, l’équivalence d’une grossesse avec ses souffrances et une implication sans limite jusqu’à l’étape finale: l’accouchement de son opus tant attendu. Les dés sont jetés, on ne peut plus faire marche arrière, on laisse le mixage en l’état, on ne modifie plus aucun potard. On durcit les épaules pour subir les foudres de la critique et on souffle que ça soit enfin fini. Un ouf de soulagement, que celui d’avoir son précieux entre les mains. Sur dix-huit années de musique, c’est sur ce projet que  j’ai passé le plus de temps et qui, de mon avis, est le plus abouti autant dans sa finition, dans son assiduité que dans son rendu.  Je reste persuadé que la majorité d’entre vous ne pourrait soupçonner ou même envisager un dixième de l’implication que j’ai fourni, moi le perfectionniste sans cesse insatisfait, se triturant le cerveau, bidouillant sans fin les réglages, à en rendre fou plus d’un ! Il faudrait le voir pour le croire. Maintenant concernant la qualité artistique ce n’est plus à moi de juger, advienne que pourra!! Cela fait plus de deux cents soixante-dix jours que je vous donne des news régulièrement du Punk Rock Project 2011 © sans jamais vraiment vous lâcher un morceau, j’espère ne pas vous décevoir.

Le projet a mis du temps à se concrétiser pour la simple et bonne raison que je ne suis parti de rien en ce 1 janvier 2011, aucun morceau n’était composé, tout restait à faire: créer, inventer, enregistrer. Mais le projet était là, dans ma tête. Je le pensais, le visualisais, une perspective ambitieuse pour moi qui fait que je suis tellement fier aujourd’hui d’être allé jusqu’à son achèvement. Ma conception et ma philosophie de la musique sont que lorsqu’on fait un album, on le fait avant tout pour soi. Je proscris le caractère malhonnête de celui qui fait des chansons pour attirer un certain public. Ce mode de pensée biaise la sincérité que l’on peut mettre dans une composition et qui fait qu’elle nous appartient. C’est très important pour moi de faire passer une émotion, quelle qu’elle soit. Et pour ça, il faut être vrai avec soi même et vrai dans sa musique.

L’ambiance de l’album a changé durant les neuf mois qui ont passé. J’avais en tête de faire un album aux orientations punk rock pur et dur afin de faire résonner ma dernière compagne de studio: ma Fender American Telecaster. Cependant sur le laps de temps d’une création d’album, on écoute des musiques très diverses et on s’influence (plus ou moins malgré nous) de groupes éclectiques, ce qui valu à l’album une note un peu plus pop sur certains titres, tout en conservant une certaine trame rock à base de guitares électriques. « Sense of Polarity » est un savant mélange de morceaux  punk comme « 1- Hundred-Fifty Drops » ou heavy « 6- Above Others » et de plages plus pop anglaise comme « 2- Bellytones » ou « 5- In Da Box« .

Un ou plusieurs titres se dégageront certainement de l’album selon les goûts de chacun. Je préfère ne pas vous influencer en vous conseillant tel ou tel titre ; je souhaiterai plutôt que vous écoutiez attentivement les morceaux avant d’en avoir un avis étant donné que pour ma part, un titre ne prend de valeur qu’après plusieurs écoutes… mais libre à chacun évidemment !

Je tenais à effectuer quelques remerciements avant de vous libérer et de vous donner enfin les liens d’écoute et de téléchargement. Merci tout d’abord à GsiK pour sa collaboration (/remember le PDF), sa patience, son aide et son investissement dans le projet et à sa créativité qui aura apporté deux textes en français traduits en anglais pour les besoins de l’album sur les morceaux « 3- The Black Angel » et « 5- In Da Box« . Et bien sûr à son fils Victor (alias Vico) présent sur le shooting de la pochette de l’album. Une mention toute aussi spéciale pour Tony Gallas, mon « Noise Brother » sans qui je ne serais pas devenu ce que je suis aujourd’hui sur le plan musical, merci pour toutes ses découvertes et ses influences musicales que tu m’as apporté, tu as fais mon éducation musicale du rock, je t’en suis fortement reconnaissant. Et pour finir une pensée commémorative pour le défunt génie que fut Kurt Cobain le leader de Nirvana. Découvrir leur univers à onze ans ça marque pour l’éternité. Double dédicace dans l’album avec une reprise du morceau « 8- Milk It » (From In Utero) et « 12- Your End is My Start« , titre à son effigie, plus les bonus tracks pour l’édition deluxe. Do not forget: LISTEN LOUD!

TELECHARGER « Dudus » Coke Harmony – Sense of Polarity (2011)

Version Deluxe (150Mo)

(mp3 320Kbs, Covers, Lyrics, Bonus Tracks and B-Face) 

Bandcamp

(Streaming mp3 128kbs, Lyrics, Only 12 Tracks)