Skip navigation

Cet article est un extrait tiré du site « Ledevoir.com« , il résume de façon claire l’émergence du site BandCamp, son aspect intuitif et ses qualités sur le plan de la diffusion audio. « Dudus » Coke Harmony a décidé d’associer son blog à un compte BandCamp afin de pouvoir distribuer sa musique (écoute et téléchargement) de la façon la plus simple qu’il soit.

[…] C’est peut-être un hasard total. Ou le reflet de l’évolution des habitudes des internautes en ce qui a trait à la musique. Mais alors que le réseau social et diffuseur de musique MySpace périclite et que son propriétaire News Corp vient de congédier presque la moitié des employés de la boîte, la plateforme musicale en ligne Bandcamp voit son impact et son influence bondir.

En fait, Bandcamp n’est pas un concurrent direct de MySpace: ce n’est pas un site de réseautage ni un endroit pour mettre en ligne des vidéos ou alimenter un blogue. Conçu pour la musique, Bandcamp est un site destiné à l’écoute et au téléchargement en ligne. Point. Un cousin branché de la boutique d’iTunes et un antiMySpace, en quelque sorte.

Là où MySpace est un fouillis d’une lourdeur agaçante, Bandcamp est rapide, léger, propre, minimaliste, voire intuitif. Et surtout, il a été conçu pour les artistes et les mélomanes. «C’est tellement simple, que tu te demandes comment personne ne l’a fait avant!», lance Laurie Boisvert, directrice de l’étiquette montréalaise Dare to Care et de sa petite soeur, Grosse Boîte.

Bandcamp offre de la diffusion en flux de qualité acceptable (128 kbps), l’écoute intégrale des albums, et la possibilité d’acheter des titres à l’unité ou les disques via Paypal ou par carte de crédit. C’est l’artiste qui détermine le prix de vente, s’il désire en mettre un (voir encadré).

Le site propose à l’internaute de télécharger sa musique dans le format de son choix (MP3 320 kbps, FLAC, AAC, Ogg Vorbis…), et les fichiers — offerts à l’unité ou en album — peuvent comprendre les paroles, la pochette en fac-similé et tout autre fichier (PDF, vidéo) que l’artiste aura bien voulu intégrer.

85 000 groupes

Depuis plusieurs mois, une grande quantité de groupes musicaux, dont plusieurs du Québec, se sont inscrits — gratuitement — sur Bandcamp. À ce jour, ils sont près de 85 000 formations à y avoir leur page […]

Le iTunes des «indés»

  […] «Pour un musicien qui n’est pas « signé » avec une maison de disques, c’est compliqué de vendre ses pièces sur iTunes. Il faut absolument passer par un intermédiaire, qui prend une part des ventes. Tout comme iTunes, qui prend 40 % des ventes. Bandcamp, c’est gratuit à l’abonnement, ouvert à tous, et ils ne prennent que 15 %.»[…]

En plus des ventes numériques, Bandcamp permet aux indépendants de vendre des copies physiques de leurs oeuvres, raconte Vincent Blain. «On reçoit un courriel avec les informations de vente, et on n’a qu’à mettre notre disque dans une enveloppe et courir à la boîte aux lettres!» Voilà qui saura plaire aux mélomanes un tant soit peu éclectiques qui vivent en dehors de Montréal ou de Québec.

Faible réseautage

On le disait, Bandcamp n’est pas un réseau social. Il est donc plutôt ardu de naviguer d’une page d’artiste à une autre. «Il n’y a pas d’algorithme de recommandation sur Bandcamp, les profils ne sont pas reliés entre eux», précise Laurie Boisvert. La seule façon de surfer est de cliquer sur les «étiquettes» que les administrateurs du site auront ajoutées, du genre «Montréal», «folk», «pop» ou «post-rock». Et le moteur de recherche laisse encore à désirer.

Toutefois, Bandcamp s’intègre aisément aux autres réseaux sociaux, notamment à Facebook. «La journée où ils ont ajouté le bouton « J’aime », de Facebook, il y a eu beaucoup plus de trafic sur les pages Bandcamp de nos artistes», se réjouit la directrice de Dare to Care. En plus, ajoute Shanti Loiselle, «leurs lecteurs de musique s’incrustent partout ailleurs, et on peut changer leurs couleurs, les rendre transparents… il y en a des petits, des grands, des moyens!»

C’est un peu là la particularité de ce site. Bandcamp se concentre sur la musique, les réseaux sociaux, eux, répandent la bonne nouvelle […]

Vous pouvez dés à présent retrouver « Dudus » Coke Harmony sur BandCamp (Merci au Frangino Gallas).

Publicités

Lorsque nous n’avons pas les moyens de nous payer les services des plus prestigieux studios, le musicien « amateur » n’a qu’une option : investir et créer son home studio !

Certainement plus avantageux que de se payer des journées « recording sessions » à plusieurs centaines d’euros la journée, il n’en est pas moins couteux que de faire évoluer son matériel d’enregistrement sur le long-terme (carte son, instruments, enceinte monitoring, plugins, support informatique…etc) .

Depuis que j’enregistre de la musique (1993), comme tous musiciens exigeants et perfectionnistes qui se respectent, j’ai toujours souhaiter améliorer mon son, le rendre plus crédible et plus « professionnel » même si le fossé entre une prise « maison » et une prise « pro » existera toujours. Ce qui n’empêche pas de faire des maquettes de bonne qualité, audibles pour tous.

Analogique/Numérique un choix difficile à faire dont se charge notre porte-monnaie.

Effectivement, les mélomanes rechercheront un son chaud, puissant et dynamique autrement dit les principales caractéristiques du son analogique que permet un matériel de studio.  Les budgets limités, eux, opteront pour le numérique qui permet de réunir dans un espace réduit beaucoup de fonctions audio. D’un avis personnel, le son numérisé permettra aux compositeurs une certaine « propreté » durant leur enregistrements mais perdra aussi de sa chaleur naturelle et conservera une part de synthétique.

Le but de cet article n’étant pas d’ouvrir le débat entre les pro-analogiques et les pro-numériques,  je souhaitais simplement vous faire écouter en cinq années comment le son peut évoluer d’une carte son à une autre avec des méthodes d’enregistrement différentes. Le temps qui passe est à l’avantage du « home studio-iste », car plus les années défilent plus les capacités à avoir un son professionnel se développent. Un point très positif pour nous.

Voici un extrait d’une de mes compositions enregistrée en 2006 suivie du même morceau avec le matériel actuellement utilisé pour l’album (2011), sans réel pré-réglage ni mixage avancé. Ce titre s’appelle « Myself« 

SoundCloud est une solution en ligne qui permet aux artistes, musiciens et producteurs de partager, distribuer et promouvoir leur musique.

Conçu pour les besoins particuliers des professionnels de la musique, SoundCloud remplace avantageusement le mail, le FTP ou l’hébergement sur un site Web pour partager sa musique. Après une inscription rapide et gratuite, vous disposez d’un espace de stockage en ligne sur mesure pour vos fichiers musicaux.

SoundCloud permet la lecture en streaming et le téléchargement, offre des statistiques de consultation et dispose d’un lecteur exportable sur n’importe quel site.

Les Plus

    • Simple à utiliser
    • Très bon lecteur en ligne
    • Décompte à la minute
    • Compatible avec tous les formats audio
    • DropBox pour collecter des fichiers musicaux
    • 5 offres différentes
    • Statistiques de consultation

Les Moins

  • Seulement en anglais
  • Fonctionnalités sociales limitées

Voici un exemple du lecteur que j’utiliserais pour promouvoir mes prochains morceaux, cette chanson est ma reprise de la chanson « Dive » écrite par  le groupe légendaire des années 90, Nirvana.  Titre tiré de l’ album « Incesticide« , un opus réunissant des face-B enregistrées post « Nevermind ».

Cet enregistrement audio date de mars 2011 et a été réalisé durant les sessions pour l’album 2011 de « Dudus » Coke Harmony.

Paroles disponibles >>ICI<<

Allez comme je sais que vous aurez la flemme d’aller chercher les informations 😉 et que vous aimez que les explications vous tombent toutes crues dans la bouche, je vous épargne une perte de temps en citant un extrait du site Wikipedia qui vous donnera de plus amples détails sur ce nouveau nom de scène:

Michael Christopher Coke , né le 13 mars 1969, aussi connu sous le nom de Dudus, est un baron de la drogue vivant dans le quartier de Tivoli Gardens à Kingston, en Jamaïque. Fils du trafiquant Lester Lloyd Coke surnommé « Jim Brown » décédé en 1992, il est recherché par Washington pour trafic de drogues et d’armes.

Christopher Coke serait le leader du gang de la Shower Posse (« Bande de la douche », appelé ainsi car il arrose ses ennemis de rafales de balles), présent en Jamaïque, à Toronto et à New York. Son père, Lester Lloyd Coke, surnommé « Jim Brown » fut dans les années 1970 à la tête d’un gang de Tivoli Gardens armé par le JLP pour déstabiliser les quartiers appartenant au PNP. C’est ce gang qui a donné naissance au Shower Posse dans les années 80. « Jim Brown » est mort mystérieusement brûlé dans sa cellule en 1992, son fils aîné Mark surnommé Jah T a été abattu la même année, ainsi que sa fille quelques années après et un autre de ses fils en 2004.

S’étant d’abord opposé à son extradition en alléguant des écoutes téléphoniques illégales effectuées contre Coke, le Premier ministre Bruce Golding délivra finalement un mandat d’arrêt contre lui le 17 mai 2010 afin de le capturer et le transférer aux autorités américaines. Fin mai, suite aux violences suscitées par son gang tentant de s’opposer à son arrestation, Golding déclara l’état d’exception pour une durée d’un mois, dans la capitale, afin d’obtenir l’arrestation de Coke .

Dudus est largement protégé par les populations pauvres du pays, qui le considèrent comme une sorte de robin des bois vers qui se tourner lorsqu’on a faim. Il a financé plusieurs infrastructures, écoles dans les quartiers défavorisés de la capitale. On le surnomme même le président, et certains habitants se disent prêts à mourir pour lui.

Il est finalement arrêté le 22 juin 2010, reconnu par des policiers à un barrage routier sur l’avenue Mandela vers l’ambassade des États-Unis, où il se serait rendu de lui même.

Post-Scriptum :  24/02/2011 à 8h37 -En pleine recherche d’un nouveau nom de scène depuis plusieurs jours-
Je me trouvais à mon travail depuis 7 minutes lorsqu’en préparant le café pour les patients qui n’allaient pas tarder à arriver je jetais un coup d’œil sur ma gauche et tombait nez à nez avec une cagette contenant des fruits. Dans le fond de cette dernière un vieux journal. Un quotidien gratuit mis à la disposition des passants à la sortie du métro. Datant du 24 juin 2010, il était chiffonné et ouvert sur l’article dont est tiré la photo sur mon blog « fin de cavale pour « Dudus » Coke » !! Cet article fût une révélation, ce nom et ce paradoxe du héros populaire vendeur de coke me plaisait! J’avais trouvé mon nom de scène…en y ajoutant ma touche personnelle « Harmony ».


Bonjour à tous, au vue de la médiocrité des pages Facebook et Myspace à pouvoir diffuser de la musique  correctement, il me fallait un nouvel espace cybernétique et efficace afin de promouvoir mes nouveaux morceaux et enregistrements divers. Un espace qui vous tiendrait au courant de mes projets musicaux.
Le « Punk Rock Project 2011 » du nouvel album est entré en action le jour de la nouvelle année (01/01/11) et après 5 mois et demi d’avancée, je peux vous confirmer que cet opus est à un peu près de 50% de sa finalisation et de sa sortie.
Au vue de ce retour aux racines vers la Noisy, le Rock et le Punk Rock et ce «délaissement» temporaire  aux mélodies pop et folk, j’ai dû réfléchir à un nom de scène différent. Un nom plus actuel qui caractérise, de la façon la plus fidèle, ma vision de la musique et qui colle au mieux à l’esprit de l’album. Le pseudonyme sous lequel j’exerce depuis plusieurs années est «Sensidub» , un nom d’emprunt qui me suit depuis la plus tendre enfance et qui pour moi a fait son temps.
J’ai l’honneur de vous annoncer que le prochain album (dont le titre reste pour le moment secret) aura pour nom d’artiste « Dudus » Coke Harmony , un nom de groupe dont je vous laisserai découvrir les origines sur votre moteur de recherche préféré, un nom qui ne durera peut-être que le temps d’un album ou qui sera attribué à mes morceaux les plus électriques!
Je vous dis à très bientôt et n’hésitez pas à laisser vos commentaires !!

« Dudus » Coke Harmony, votre Fidèle Serviteur Audionumérique :)